[Note: this Analysis was originally prepared in French, which is available below. Translation by MEI Staff]

It is not our intention in this paper to explore all issues relating to migration. Our goal is much more modest: to inform and understand according to existing circumstances, namely the Euro Zone Crisis and the Arab revolutions, the migration-development nexus in the context of globalization and its impact on the Euro-Mediterranean region. In this regard, we briefly consider the impact of globalization on migration processes that acted as an accelerant, the question of the European financial crisis and its effects on the Maghreb region, and finally the Arab Spring’s impact on migration policies in Mediterranean countries.

Globalization and migration process in the Mediterranean

The majority of studies on international migration emphasize in particular the unequal development between the North and the South to explain the process of migration. Prospects of better living conditions in terms of job opportunities, wages, safety, education, health motivates most people to migrate.[1]

In this respect, it is important to emphasize that the phenomenon of globalization —understood as a process of movement of goods, capital, and people — and other factors such as the geopolitical upheavals of the 1990s (e.g., the collapse of communism, ethnic conflicts in Africa, etc.), have spurred migration, especially from the South (i.e., from Africa, Asia, Latin America) and towards the North (Europe, North America).

In this sense, globalization has contributed greatly to migration: it has helped the poor and marginalized people of the world to win a share of their liberty, to benefit from lower costs of international transport, to gain free access to information through new information and communication technologies (e.g., the Internet, satellite channels, etc.), diversify the technological tools of financial transfers of funds (e.g., Western Union, banks, etc.). Finally, globalization led to closer links with start-up companies.[2]

Paradoxically, however, the result of emphasizing the development of international flows of goods, services, and capital and prioritizing the strengthening of international trade is neglecting the human aspect (i.e., the vulnerable populations whose status as irregular migrants excludes them de facto from enjoying legal protections as recognized by the Charter of Rights).[3] That is, one of the most important contradictions of globalization is that it ignores human rights in the international mobility of people.

The relationship between the European Union and the Arab Maghreb has long been characterized by misunderstandings and asymmetries in all areas. The issue of migration and its management is one of them.[4]

The Impact of the financial and economic crisis on the European Union-Maghreb

Analyses of the positive and negative effects of migration on the economic growth of the country of origin and the social welfare of households remaining in the country are muddled. The challenge of assessing the economic effects of migration on source countries is made much more difficult when we take account of external factors such as globalization, the financial crisis, and the Arab Spring.

The special relationship between the European Union and the Maghreb is a perfect example. The Euro-Mediterranean economic space appears to possess all the ingredients for intensive migration flows: the northern littoral countries are developed and prosperous while the southern littoral states are underdeveloped, under-equipped, and poor; moreover, the economic and human ties between the Maghreb and Europe are historically important. Note the wide income disparities between North and South: Europe (with a population of 165 million) has an average annual income of about 19,000 euros, while average annual income in the Maghreb (whose population is 265 million) is just 1,900 euros.[5]

The euro area and the Maghreb have been woven together economically since colonization. Indeed, the EU is an essential component of the Maghreb’s economic globalization. The European Economic Area is the destination for most of the Maghreb’s exports (e.g., oil, gas, phosphates, agricultural products, etc.) as well as the source of most of its imports, inward foreign direct investment (FDI), and overseas development assistance (ODA). For example, 80% of Moroccan exports depend on the European market; the same is true for Algeria and Libya, which export most of their oil to the Euro zone and a large share of their capital and consumer goods from Europe. In short, the Maghreb countries are heavily economically dependent on the European market.

In human terms, Europe is home to a large number of North African nationals. About 3.5 million people of Maghrebi origin live in France alone. Many developing countries have encouraged the emigration of their nationals to European countries experiencing a deficit of labor in certain sectors such as mining, construction, and civil engineering. Such is the case of Algeria, Tunisia, and Morocco, as well as sub-Saharan countries. This emigration, in addition to its contribution to the alleviation of unemployment problem in the source country, has been even more important in meeting household needs through remittances. These migrants remit billions of dollars annually to their countries of origin. For example, remittances from the euro area accounted for 6% of Morocco’s gross domestic product (GDP) in 2010.[6]

Because of these strong human ties and trade, the Maghreb is particularly affected by the economic and financial crisis affecting the Euro zone. This heavy dependence in terms of imports, tourism, foreign direct investment, official development assistance, and remittances of migrants has rendered Maghreb countries far more exposed to Europe’s economic woes than to those of other countries adversely affected by the global financial crisis.

Indeed, the crisis in the euro area has resulted in a decline in external demand for raw materials and other products. The drop in exports to Europe has, in turn, compressed domestic demand and created tensions on the labor market. This will result in slower economic growth. Additionally, the intensity of the crisis in the euro zone has pushed EU members to reduce the level of official development assistance (ODA). Thus, according to OECD figures, ODA fell by 2.7% in 2011. ODA by Greece and Spain, the European countries hit hardest by the financial crisis, plummeted by 32.3% and 32.7%, respectively, in 2011 from the previous year. France’s development assistance fell to 5.6% of the world total of ODA in 2011.[7]

Whereas European foreign direct investment (FDI) in the Maghreb had risen steadily during the 2000s, inward investment from Europe has dried up due to the combined effects of the global financial crisis and the outbreak of the Arab Spring. Morocco, which receives most of its FDI from the Euro zone (96%) experienced a 26% decline in FDI in 2011.[8]

It appears that this crisis reflects more than ever the economic fragility of the Maghreb vis-à-vis Europe and should encourage these countries to strengthen their ties within a framework of regional economic integration, i.e. the Arab Maghreb Union (UMA).

However, it should be noted that the economic recession experienced by the countries of the European Union has a differentiated impact among the Maghreb countries. Morocco and Tunisia are more vulnerable to this crisis (i.e., a decline in tourism to Tunisia and to a lesser extent Morocco). Although Algeria seems relatively unscathed, it has not escaped completely the ill effects of the financial crisis because of its strong trade dependence on the European Union. In any case, economic growth declined throughout the Maghreb compared to previous years and a downward or upward trend will depend greatly on the economic health of the countries of the European Union.

Arab Revolutions and migration in the Mediterranean

The Arab revolutions affecting countries like Tunisia, Egypt, Libya, Yemen, and Morocco have further complicated the management of international migration since each country has received thousands of people on its soil fleeing civil war or political turmoil. Tunisia, for example, faces an unprecedented influx of Libyan refugees. Europe has not escaped this tragedy since thousands of migrants from Tunisia and Libya have landed on soils French, Spanish, and Italian shores.

Before the uprisings, the waves of migration from sub-Saharan countries (Niger, Mali, Nigeria, etc.) and towards Europe were contained by authoritarian regimes (e.g., Tunisia, Libya, Morocco, etc.) that had built transit centers on their soil to curb illegal immigration. These transit centers, built in cooperation with the European Union, shared responsibility for the management of irregular migration. However, the efforts to manage irregular migration — illegal, unjust and arbitrary — called into question the right of asylum and put in place procedures for forced deportation.

The facts show that the policies that restricted the movement of people between the two shores of the Mediterranean, zealously applied by countries such as Tunisia and Libya, deprived excluded and marginalized youths the right to move freely and achieve their dreams across the Mediterranean, thereby contributing to the underlying conditions that triggered the Arab Spring.

Conclusion

In conclusion, we can say that if remittances as a factor of economic development of the undeniable fact that they participate in the balance of macroeconomic variables and reduce poverty in the countries, these claims are not always substantiated scientifically. Instead, many studies show that these contradictory migrant remittances are mainly used to reduce the level of poverty of households will spend more on consumer goods, health, and education.[9] Moreover, these transfers may constitute a disincentive to work for local companies, without bothering to look for a permanent job or start a business. Thus, migrant remittances have multiple benefits on households, but they may not necessarily spur economic development.

Moreover, in terms of welcoming new migrants, the policies which manage migration flows from the Maghreb to Euro-Mediterranean countries have been ambivalent. The protection of migrants’ rights is neither explicit nor sharply defined in the sense that these countries manage this phenomenon according to circumstances more concerned with national and international public opinion than substantive issues such as asylum or the definition of refugees as their basis.[10] Thus, the financial and economic crisis that now severely afflicts the euro zone has led to the imposition of new migration restrictions and the hardening of reception conditions for new immigrants in these countries, thereby increasing barriers to access the enclosed space that the European Union has become.[11] The Arab Spring should be a prelude to greater democratization and economic development in the Maghreb, opening the prospect for a better distribution of wealth among the population of these countries. This is the only guarantee for political stability and economic prosperity which, in turn, could reduce migratory pressures on Europe.


 

Il n’est pas dans notre intention, dans cette contribution, de cerner toute la problématique relative au phénomène migratoire, notre ambition est beaucoup plus modeste, elle vise seulement à éclairer et comprendre au gré des conjonctures actuelles  (crise de la zone euro et révolutions arabes)  le dyptique migration-développement dans un contexte de mondialisation et son impact sur la région Euro-méditerranéenne. A ce propos,  nous aborderons succinctement l’impact de la mondialisation sur le processus migratoire qui a agi en tant que facteur d’accélération du phénomène, la question de la crise financière européenne et ses effets sur la région du Maghreb  enfin le printemps arabe et ses retombées sur les politiques migratoires des pays méditerranéens.

Mondialisation et processus migratoire en méditerranée

La majorité des études consacrées à la migration internationale soulignent en particulier les inégalités de développement entre le Nord et le Sud pour expliquer le processus de migration des personnes. Les perspectives de trouver de  meilleures conditions de vie en termes d’opportunités d’emploi, de rémunération, de sécurité, d’éducation, de santé motivent la plupart de personnes porteuses de projets migratoires.[1]  Il est incontestable de souligner dans cette direction que le phénomène de la mondialisation entendu comme un processus de circulation de marchandises, de capitaux et de personnes , et d’autres facteurs comme  les bouleversements géopolitiques des années 90 ( effondrement du bloc communiste, les conflits interethniques en Afrique, etc.),  ont accentué les tendances migratoires des populations surtout celles venant des pays du Sud ( Afrique, Asie, Amérique latine, etc.) et allant vers le Nord (Europe, Amérique du Nord).

En ce sens, la mondialisation a contribué grandement au phénomène migratoire  car elle a permis aux populations pauvres et marginalisées de par le monde de gagner une part de leur liberté,  de bénéficier d’une baisse internationale des coûts de transports   , d’avoir accès gratuitement à l’information grâce aux nouvelles technologies de l’information et de la communication (Internet, chaînes satellitaires, etc.), de diversifier  les outils technologiques  de transferts financiers de fonds, (Western Union, banques, Postes, etc.), elle a enfin permis de resserrer les liens d’attache  avec les sociétés de départ.[2] Cependant, il y’a un paradoxe à souligner dans cette mondialisation est que si elle place le développement des flux internationaux de biens et services et de capitaux comme une priorité pour le renforcement du commerce international , elle accorde en revanche peu d’intérêt à l’aspect humain notamment sur le plan de la  circulation régulière des personnes, en laissant en rade des populations vulnérables dont le statut de migrant irrégulier les exclut de facto de jouir de protection juridique telle que reconnue par la charte des droits de l’homme.[3] C’est là,  l’une des contradictions les plus importantes de cette mondialisation qui fait fi des droits humains en matière de mobilité internationale des personnes.

Le cas des rapports entre l’Union européenne et le  Maghreb arabe ne sont pas à cette contradiction près, puisqu’ ils ont été toujours traversés par des incompréhensions, des asymétries sur tous les plans … le problème de la migration et sa gestion  n’échappe pas  aussi  à cette ambiguïté  qui caractérise la coopération entre les deux rives de la méditerranée en matière d’échange et de mobilité.[4]

L’impact de la crise économique et financière  sur les relations Union européenne-Maghreb

Il en vient alors que les analyses menées sur les effets  positifs ou négatifs  de l’apport de l’émigration sur la croissance économique du pays d’origine et le bien être social des ménages restés dans le pays sont brouillées. Cette tache est rendue beaucoup plus ardue lorsqu’on prend on compte des facteurs exogènes comme la mondialisation, la crise financière ou le printemps arabe.

L’exemple parfait nous est donné par les relations spéciales qu’entretient l’Union européenne avec les pays du Maghreb. En effet,  la région Euro-méditerranéenne, apparaît comme un espace économique contrasté- réunissant tous les ingrédients d’un développement intense de flux migratoires avec une rive Nord développée, riche et prospère et une rive Sud sous-développée, sous-équipée  et pauvre et  dont les liens économiques et humains sont historiquement importants.  Par exemple,  les écarts de revenus restent trop importants. Ainsi l’Europe dont la population est de 165 millions d’habitants vit avec un revenu moyen évalué autour de 19000 Euros/an, alors que les pays du Sud de la méditerranée avec une population de 265 millions d’habitants, atteignent à peine un revenu moyen de  1900 Euros/an , soit dix fois moins.[5]

Du fait des relations économiques particulières tissées depuis la colonisation entre la zone euro et les pays du Maghreb, l’Union européenne est un passage obligé de l’intégration du Maghreb  à la mondialisation économique. L’espace économique européen reçoit l’essentiel des flux économiques maghrébins que ce soit pour ses exportations de matières premières (pétrole, gaz, phosphates, produits agricoles, etc.) ou ses importations ou bien encore ses investissements directs étrangers ou l’aide publique au développement. Par exemple, 80% des exportations marocaines dépendent du marché européen, il  en est de même de l’Algérie ou de la Libye qui exporte l’essentiel de ses hydrocarbures vers la zone Euro et en importe autant de ces pays en biens d’équipements et de consommations. C’est dire la dépendance économique accrue des pays Maghrébins à l’égard de du marché européen.

Sur le plan humain, cette zone européenne abrite chez elle, un grand nombre de ressortissants maghrébins dont le nombre avoisine 3,5 millions de personnes d’origine maghrébine  pour la seule France.  Beaucoup de pays du Sud ont encouragé l’émigration de leurs ressortissants vers l’Europe qui avait un déficit de main d’œuvre dans certains secteurs comme les mines, les bâtiments et travaux publics, c’est le cas de l’Algérie, de la Tunisie et  du Maroc et des pays subsahariens. Cette émigration, en plus de sa contribution à l’allègement du problème du chômage dans le pays d’origine, remplissait un rôle encore plus important qui est celui des transferts de fonds  en participant à l’équilibre de la balance des paiements du pays et au financement des besoins des ménages restés dans le pays . Ces migrants  envoient annuellement des milliards d’euros vers le pays d’origine (en 2010, les transferts d’argent provenant de la zone euro représentaient 6% du PIB du Maroc)[6]

 Du fait de ces forts liens humains et commerciaux, le Maghreb apparaît particulièrement touchée par la crise économique et financière qui touche la zone Euro.

 La forte dépendance de ces pays à l’égard de l’union européenne en matière d’importations, de tourisme, d’investissements directs étrangers, d’aide publique au développement, de transferts de fonds des migrants les expose plus que les autres pays aux fluctuations de la crise mondiale.

En effet, cette crise de la zone euro entraîne des conséquences non négligeables sur les économies de ces pays en ce sens qu’elle  va se traduire par une baisse de la demande extérieure en matières premières et autres produits, ce qui va affecter directement les capacités d’exportations de ces pays , compresser la demande intérieure et créer des tensions sur le marche de travail. Cette situation aura pour effet le ralentissement de la croissance économique.

Par exemple, l’intensité de la crise de la zone euro a poussé ces pays à réduire le niveau de l’aide publique au développement (APD). Ainsi, d’après les chiffres de l’OCDE, l’APD a baissé de 2.7% en 2011, en particulier celle des pays les plus touchés par la crise financière à savoir la Grèce  ( -32.3%) et l’Espagne ( -32.7%), tandis que la France recule au 4 ième rang mondial avec 5.6% d’APD en 2011.[7]

D’autre part, si depuis les années 2000, les investissements directs étrangers ( IDE) ont progressé de manière régulière en direction des pays du Maghreb, depuis le déclenchement du printemps arabe touchant des pays comme le Maroc ou  la Tunisie ou la Libye , ces investissements ont carrément chuté du fait de la crise financière mondiale et de l’instabilité politique qui y règne dans cette région . Par exemple le Maroc qui reçoit l’essentiel de ses IDE de la zone Euro (96%) , a vu baisser ces IDE de 26% en 2011.[8]

Il apparaît ainsi que  cette crise traduit plus que jamais la fragilité économique du Maghreb vis-à-vis de l’Europe et devrait inciter ces pays à resserrer leurs liens dans un cadre d’intégration économique qui est celui de l’Union du Maghreb Arabe (UMA).

Cependant, il faut noter que la récession économique que connaissent les pays de l’union européenne  a un impact différencié d’un pays à un autre. Si le Maroc et la Tunisie sont plus vulnérables à cette crise, (chute des flux touristiques vers le Tunisie et dans une position moindre le Maroc),  l’Algérie semble relativement épargnée mais elle n’en échappe pas complètement du fait de la forte dépendance de son commerce extérieur à l’égard de l’Union européenne. En tout cas, dans chacun des pays, la croissance économique a fléchi par rapport aux années passées et évolue à la baisse ou à la hausse au gré de la santé économiques des pays de l’Union européenne.

Révolutions arabe et phénomène migratoire en méditerranée

Sur un autre registre,  les révolutions arabes touchant des pays comme la Tunisie, l’Egypte, la Lybie, le Yémen, le Maroc ont rendu encore plus complexe la gestion  de la migration internationale puisque chacun de ces pays a reçu des milliers de personnes sur son sol fuyant la guerre civile ou les troubles politiques survenus dans ces pays (la Tunisie a fait face à un déferlement sans précédent de refugiés libyens). L’Europe n’en a pas moins échappé à ce drame puisque des milliers de migrants venant de Tunisie, Lybie ….ont débarqué par des moyens  de fortune (mer, terre, etc.) sur les sols français, espagnol,  italien, etc.

Avant les soulèvements populaires, les vagues migratoires  provenant des pays subsahariens (Niger, Mali, Nigéria, etc.) et allant vers l’Europe étaient comprimées par les régimes autoritaires  en place (Tunisie, Libye, Maroc, etc.) qui ont édifié des centres de transit sur leur sol pour freiner l’émigration clandestine.  Ces centres de transit, construits en coopération avec l’Union européenne  ont leur part de responsabilité dans la gestion dramatique de la migration irrégulière et clandestine puisque l’injustice, l’arbitraire et le déni des droits des personnes ont caractérisé cette gestion avec une remise en cause du droit d’asile, la mise en œuvre de procédures d’expulsions forcées, insécurité... 

Au total, ces faits montrent que  les politiques de restrictions relatives à la circulation des personnes entre les deux rives de la méditerranée et appliquées  avec zèle par des pays notamment la Tunisie et la Libye ont contribué indirectement à préparer  les conditions du déclenchement  du printemps arabe  en privant une jeunesse exclue et marginalisée du droit  de circuler librement et de réaliser une part de leur rêve au-delà de la mer méditerranée.

En Résumé

Pour terminer cette étude, on peut dire que si on présente les transferts financiers des migrants  vers le pays d’origine comme un facteur indéniable de développement économique du fait qu’ils participent à l’équilibre des variables macroéconomiques et à réduire la pauvreté dans le pays,  ces affirmations ne sont pas  toujours étayées scientifiquement. Au contraire, beaucoup d’études contradictoires montrent que ces transferts financiers des migrants servent surtout à réduire le niveau de pauvreté des ménages qui vont dépenser davantage dans les biens de consommation, la santé et l’éducation.[9] Plus que cela, ces transferts financiers peuvent constituer un facteur de désincitatif au travail  des sociétés locales qui vont se suffire des envois effectués par leurs familles, sans prendre la peine de chercher un emploi durable ou monter une affaire. Ainsi, les transferts financiers des migrants ont des retombées multiples sur les ménages,  mais ils ne peuvent pas correspondre nécessairement à une action de développement économique pour le pays d’origine.   

Par ailleurs, sur le plan de l’accueil des nouveaux migrants,  on relève  une politique ambivalente avérée dans la gestion des flux migratoires de la part des pays euro-méditerranéens. La protection des droits de migrants n’est  pas tout à fait explicite et ne répond pas à une politique claire et définie en ce sens que ces pays  gèrent  ce phénomène au gré des conjonctures nationales et internationales plus préoccupés par l’opinion publique de leur électorat sur ce thème que sur ceux qui se rapportent à des questions de fond comme le droit d’asile des refugiés ou la définition d’une politique claire en matière de gestion de la migration internationale.[10] En conséquence,  l’impact de la crise financière et économique qui touche aujourd’hui gravement la zone européenne impose de nouvelles restrictions dans ce domaine et durcit les conditions d’accueil de nouveaux migrants dans ces pays, en multipliant les barrières d’accès à cet espace fermé qu’est devenue l’Union européenne.[11]  Le printemps arabe devrait être un prélude à plus de démocratisation et de développement économique pour ces pays  en ouvrant les perspectives d’une  meilleure répartition des richesses entre les population de ces pays , ce serait le seul gage d’une stabilité politique et de prospérité économique qui pourra atténuer les pressions migratoires exercées sur l’espace Européen.


[1] Jean Pierre Cassarino, ed., “Migrants de retour au Maghreb: réintégration et enjeux de développement” [“Return Migrants to the Maghreb: Reintegration and Development Challenges General Report”], Rapport Général [General Report] 2007, European University Institute, Robert Schuman Centre for Advanced Studies, http://www.ilo.org/public/french/protection/migrant/afrique/downloads/m….

[2] Cédric Audebert and Mohamed Kamel Dorai, "International migration in the era of globalisation: recent issues and new concerns for research," in Cedric Audebert and Mohamed Kamel Dorai, eds., Migration in a Globalised World: New Research Issues and Prospects (Amsterdam University Press, 2010), p. 11.

[3] Khalid Koser, International migration: A Very Short Introduction, (Oxford University Press, 2007), p.10.

[4] Conseil National Économique et Social [National Economic and Social Council] (CNES), “Les politiques migratoires européennes: quels enjeux?” [“European migration policies: what issues?”], Report of the 26th Session of CNES, Algiers, 2005.

[5] OECD, “International Migration Outlook 2009,” June 23, 2009, http://www.oecd.org/els/internationalmigrationpoliciesanddata/internati….

[6] Maëlan Le Goff, “Crise de la zone euro: quelles conséquences pour les économies africains?” [“Eurozone crisis: what consequences for African economies?”], Lettres du CEPII N˚322, June 26, 2012, http://www.cepii.fr//francgraph/publications/lettre/resumes/resume_lett….

[7] Ibid.

[8] Ibid.

[9] Ronald Skeldon, “Migration and development over twenty years of research: progress and prospects,” in Cedric Audebert and Mohamed Kamel Doraı, eds., Migration in a Globalised World New Research Issues and Prospects (Amsterdam University Press, 2010), p. 145, http://dare.uva.nl/document/174586.

[10] International Organization for Migration (IOM), “World Migration Report – The Future of Migration: Building Capacities for Change,” 2010, http://publications.iom.int/bookstore/free/WMR_2010_ENGLISH.pdf.

[11] Ibid.